Du nouveau dans les réseaux sociaux, avec Pinterest, Soundcloud, Lyclic & Cie

Technologies

Ça y est Facebook est entré en bourse. La moitié des employés payés en action et stock option sont désormais millionnaires et certains se sont empressés d’empocher leur gain en revendant leur part du gâteau ce qui explique en partie le décrochage de l’action après sa première cotation. Après le succès de Facebook, les nouveaux entrants dans le secteur du réseau social semblent avoir admis la domination du service de Mark Zuckerberg pour ce qui est de l’offre générique. Certains se focalisent donc avec succès sur la photographie, le son, l’agrégation et d’autres niches, dont l’éducation. En France, une nouvelle initiative voit le jour avec Lyclic.fr, semblable au projet Beebac.fr présenté sur ce site par son co-fondateur Sami Labidi il y a quelques mois : il s’agit à nouveau de donner aux lycéens les moyens de réviser leur baccalauréat grâce aux réseaux sociaux.

L’entrée en bourse de Facebook a suivi de près le rachat d’Instagram pour un milliard de dollars. Ces deux évènements montrent la santé insolente du secteur, que ce soit dans le cadre d’un service générique comme dans celui d’une offre plus ciblée, sur la photographie notamment. Car ne nous y trompons pas, ce qui a fait le succès d’Instagram, ce n’est pas les différents filtres et effets photographiques, proposés par des légions d’applications mobiles, mais bien le succès de ses fonctions sociales. Dans l’ombre du géant Facebook des jeunes pousses se développent en choisissant de se spécialiser…

Tout se partage sur internet : les photos, les vidéos, les sons…

Pinterest a connu un franc succès dans la communauté éducative mondiale. Ce réseau social permet à ses membres de collecter des images sur internet, de les organiser en collection, de les partager ou de suivre les collections d’amis. Certains, véritables curateurs et conservateurs en herbe créent leurs collections reflétant leurs goûts et leurs centres d’intérêts. Les enseignants détournent le réseau social pour confectionner des diaporamas avec leurs élèves sur des sujets divers. On retrouve aussi bien le carnet de voyage que l’herbier en passant par le book d’artiste en herbe ou le cabinet de curiosité. Attention, le réseau Soundcloud est sûrement le prochain qui risque de se faire pirater par les profs. Certains enregistrent et postent déjà leur cours, d’autres collectent des sons avec leurs classes.

Microsoft se relance dans le réseau social

De son côté, après Google et son Google+, un autre géant de l’informatique et de l’internet se relance dans le réseau social. Il s’agit de Microsoft avec son So.cl. Si tout le monde a compris très vite comment prononcer le nom de ce nouveau service, le grand public a du mal à cerner cet objet social non-identifié. Il s’agit en fait de rendre la recherche sociale. En effet, tous les internautes produisent des requêtes dans un moteur de recherche et entrent le plus souvent sur internet en empruntant les portes ouvertes par ces requêtes. Microsoft, comme Google, tente à son tour de valoriser cet acte anodin. Avec So.cl vous pouvez partager les résultats de votre requête avec vos amis en postant les résultats les plus pertinents de ces requêtes. Le principe est simple, universel, proche de Pinterest mais oeucuménique d’un point de vue médiatique. On peut tout de même souligner que Microsoft met l’accent sur la vidéo, avec la fonction « Video Party » qui permet d’interagir avec ses amis en regardant une vidéo. Plus que Pinterest, Youtube serait donc le concurrent visé.

De nouvelles initiatives sur le front de l’éducation

Le son, la photo, la vidéo, la recherche, tout est socialisable sur internet. Les niches sont de plus en plus nombreuses et l’éducation n’est pas oubliée. Une pléiade de réseaux sociaux ciblant l’éducation existe dans le monde anglophone. Ils se comptent par dizaine. En France, dans l’éducation secondaire à côté de Beebac et du Miniréseau, Lyclic démarre. A la faveur de la période de révision des examens, les fondateurs se lancent dans la promotion d’un projet qui souffle sa première bougie et bénéficie d’une évolution majeure. Il se concentre désormais sur la collecte et la curation des fameux UGC « User Generated Content » en rapport avec le lycée. L’ambition est triple, proposer aux lycéens une bibliothèque de documents sous licence libre, une solution d’apprentissage entre pairs et un média animé par une véritable équipé éditoriale. Les parents et les enseignants sont chaleureusement invités. Ces derniers ayant pris l’habitude de suivre les adolescents pour mieux communiquer avec eux en respectant leurs habitudes de socialisation, la réussite du projet dépendra de son succès auprès des jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.